Sophie CÔTE   sophie-cote@orange.fr
sophie cote

Accueil       Présentation      Bilan 20 ans      Sauts de classe       Collège      Essais      Livres      Contact     

           

Classes pour enfants précoces en collège

Origine du projet pour enfant précoces au Collège du Cèdre au Vésinet

Les professeurs n’arrivaient plus à gérer une trop grande hétérogénéité

Les élèves aux deux bouts de la chaîne souffraient de ne pouvoir travailler à leur rythme – trop lent pour les uns, trop rapide pour les autres.

Les enfants qui auraient dû être les plus brillants s’ennuyaient, décrochaient.

Le projet du collège du Cèdre

Voté en conseil d’administration et approuvé par l’Inspecteur d’Académie, il est mis en place en septembre 1990

Sur 8 classes de 6ème, une est constituée d’élèves intellectuellement précoces, recrutés sur tests collectifs fournis par le Centre de Psychologie Appliquée sous le contrôle d’un psychologue. Le collège étant public, les tests sont gratuits.

Avantages  :

les élèves travaillent à leur rythme, à leur façon et ont des copains partageant leurs intérêts

les professeurs tout en se conformant au programme, adaptent leur pédagogie au mode d’acquisition des connaissances de ces enfants. Pas de perte de temps en répétition d’où plus d’approfondissement et de culture.

La classe suit en 5ème, 4ème, 3ème

Au sein du collège, la classe ne se distingue pas plus qu’une classe européenne, classe musique, arts plastiques ou sports-études.

Ces élèves partagent avec les autres élèves du Collège de nombreuses activités de club et périscolaires

C’est depuis plus de 20 ans une belle réussite. La plupart des élèves ont intégré les grandes écoles

L’éducation nationale et les EIP

Les associations sont intervenues auprès des pouvoirs publics pour obtenir la reconnaissance de ces enfants en soulignant les difficultés auxquelles ils étaient soumis dans un système standard

Elles ont été entendues

Jack LANG et Xavier DARCOS quand ils étaient ministres de l’EN ont diligenté des commissions dont les rapports (rapports DELAUBIER) ont permis des avancées
 

Les enfants précoces sont reconnus

Un responsable en charge de la précocité est nommé dans chaque académie

Désormais la précocité sera au programme de formation des enseignants.
 

Mon point de vue

C’est un gros progrès : avant on n’osait même pas dire que son enfant était précoce. Il faut prévenir les échecs et ne plus focaliser sur les seuls élèves en difficulté

mais il faut aller plus loin

Ce que préconise l’EN  :

L’enfant reste dans une classe hétérogène.

C’est excellent en maternelle et en primaire : Le même enseignant formé à la précocité avec les mêmes élèves 24 heures par semaine pourra obtenir le meilleur de chacun. Il devra aussi favoriser les sauts de classe pour ne pas freiner leur appétit d’apprendre.

Mais en collège, le problème est différent :

Un professeur peut rencontrer quelque 180 élèves en une journée en tranches horaires de 55 mn. Comment pourrait-il tenir compte de tous les particularités de chacun d’entre eux pour obtenir le meilleur d'eux-mêmes?

Grâce aux avancées faites par l'Education nationale, les enseignants sont plus nombreux à reconnaître la réalité de la précocité chez des élèves et les projets pédagogiques conçus pour eux dans nombre d'établissements ont apporté une amélioration bénéfique à la vie des EIP

Mais rien ne vaut en collège une classe spécifique pour enfants précoces dans la mesure où l'effectif le permet (au minimum 4 classes de 6ème)

J’ai essayé au sein d'une commission ministérielle, de défendre ce projet. Les conclusions du rapport ne vont pas en ce sens au nom de la sacro-sainte hétérogénéité qui a conduit tant d’enfants à l’échec scolaire

20 ans de réussite d’une expérience devraient pourtant inciter les pouvoirs publics à favoriser les classes spécifiques En collège, une hétérogénéité relative est excellente. Une trop grande hétérogénéité nuit aux élèves aux deux bouts de la chaîne

Il a fallu plus de 20 ans pour obtenir la reconnaissance officielle de la précocité

Combien d’années encore devra –t –on encore attendre pour la création de classes enfants intellectuellement précoces en collège public ?